Je ne suis pas près de faire cette faute

Durée de lecture : 3 minutes

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Voilà bien une expression incorrecte qui me hérisse le poil depuis des années : lorsque j’entends une femme dire « je ne suis pas prête d’y arriver ! », j’ai envie de pleurer. Hélas, elle est présente partout : dans la rue, dans les transports, à la radio, à la télé (oui, je sais, ça n’est pas une référence, clameront certains, mais les journalistes sont censés avoir fait des études qui leur interdisent ce genre de faute de français. OK, j’ai peut-être une vision erronée du journalisme). Comme il s’agit d’une « faute qui s’entend », elle est présente bien sûr à l’écrit. Si vous n’avez pas relevé cette erreur dans la liste d’exemples du tout premier billet du blog, vous êtes au bon endroit. Je vous explique pourquoi, non, on ne dit pas (et on n’écrit pas non plus !) « je ne suis pas prêt(e) de ». Jamais.

Près de ou prêt à ?

L’historique de la faute

En réalité, je devrais plutôt préciser que l’on ne dit PLUS « je ne suis pas prêt(e) de ». En effet, jusqu’au XVIIe siècle, l’adjectif qualificatif « prêt » pouvait être suivi de la préposition « de ». C’est l’Académie française qui nous le confirme. On trouve cette tournure dans de nombreuses œuvres classiques :

Enfin se sentant prêt de terminer ses jours :

« Mes chers enfants, dit-il, je vais où sont nos pères.

Adieu, promettez-moi de vivre comme frères ;

Que j’obtienne de vous cette grâce en mourant. »

(Le vieillard et ses enfants, Jean de la Fontaine)

De cette sorte vous donnez de la joie à tout le monde ; vous êtes l’âme de Grignan, et vous ne quitterez votre château et vos pichons que quand vous seriez prête de les quitter pour Lambesc, et en ce temps vous viendrez ici me redonner la vie et la plus sensible joie que je puisse avoir en ce monde.

(Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan)

Si certains auteurs ont continué à l’utiliser pendant le XVIIIe siècle, c’est aujourd’hui une locution qui n’est plus autorisée. L’adjectif « prêt » se construit avec la préposition « à » et signifie « préparé pour » ou « disposé à ». Point.

« Être près de » signifie « être sur le point de »

L’adverbe « près » est un homonyme (les homonymes sont des mots qui se prononcent de la même façon, mais ont une orthographe différente) de l’adjectif « prêt », mais, contrairement à lui, il s’utilise avec la préposition « à ». Il signifie « proche de », au sens propre de la proximité dans l’espace, mais également au sens figuré de la proximité dans le temps, c’est-à-dire « sur le point de » :

Je suis près de finir mon billet.

Je ne suis pas près de me débarrasser de cette faute de français.

 Comme tous les adverbes, « près » est invariable. Il ne s’accorde ni en genre ni en nombre, contrairement à l’adjectif « prêt ». Lorsque le sujet est masculin, la faute à l’écrit ne s’entend pas à l’oral. Si vous dites (oralement uniquement, donc), par erreur, « je ne suis pas prêt d’y arriver », personne ne se rendra compte de rien.

Mais lorsque le sujet est féminin, le fait d’utiliser « prêt » et de l’accorder s’entend et met le doigt sur l’erreur. Si vous dites « je ne suis pas prête d’y arriver », vous me faites pleurer. Si votre but était de me faire pleurer, bravo, vous avez réussi. Si votre but était de parler un français correct, en revanche, c’est raté.

L’erreur fréquente, au-delà de l’homonymie, est peut-être due au fait que l’on peut considérer que lorsqu’on est sur le point de faire quelque chose, on y est préparé… Le sens est parfois proche, pourquoi pas, mais la faute est là quand même, n’insistez pas. Car quelle que soit l’intention de la phrase, « prêt(e) de » est inexact. Pas d’excuse.

Dans certains cas, les deux structures sont justes, même si leur sens est légèrement différent :

Je ne suis pas prête à lui parler = je ne suis pas préparée pour lui parler (comprendre : il me faudrait davantage de préparation)

Je ne suis pas près de lui parler = je ne suis pas sur le point de lui parler (comprendre : ça n’est pas demain la veille)

Alors, « près de » ou « prêt à » ?

Pour les plus courageux qui ont lu jusqu’ici, mais restent perdus, je récapitule :

  • prêt(e) (adjectif, variable) de = préparé pour, disposé à ;
  • près (adverbe, invariable) à = proche de, sur le point de.

Ça y est, vous avez tout compris ? Alors à vous de jouer : osez faire le quiz !

Je ne suis pas prêt d'y arriver, je suis trop nul !

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Dans le sens de "sur le point", il faut utiliser l'adverbe invariable "près" suivi de la préposition "de" : Je ne suis pas près d'y arriver.

Il habite près de son bureau.

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Dans le sens de "proche de", il faut utiliser l'adverbe invariable "près" suivi de la préposition "de".

Sa situation n'est pas près de s'arranger.

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Dans le sens de "sur le point de", il faut utiliser l'adverbe invariable "près" suivi de la préposition "de".

Je suis prête de partir.

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Dans le sens de "préparé pour", il faut utiliser l'adjectif variable "prêt" suivi de la préposition "à" : je suis prête à partir. Dans le sens "sur le point de", il faut utiliser l'adverbe invariable "près" suivi de la préposition "de" : je suis près de partir.

Je ne suis pas prête de te pardonner.

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Dans le sens de "préparé pour", il faut utiliser l'adjectif variable "prêt" suivi de la préposition "à" : je ne suis pas prête à te pardonner. Dans le sens "sur le point de", il faut utiliser l'adverbe invariable "près" suivi de la préposition "de" : Je ne suis pas près de te pardonner.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

11 commentaires

Avatar

Sealeha · 27 décembre 2019 à 23 h 10 min

Ah mais je n’avais pas vu que tu avais créé ce site (ni que tu t’étais lancée là-dedans, je sais, j’ai manqué pas mal d’épisodes).Ben tu sais quoi ? Cette faute je la faisais. Grâce à toi je ne la ferai plus ><
Du coup je m'abonne, histoire d'apprendre à parler correc'

    Pascale

    Pascale · 28 décembre 2019 à 19 h 48 min

    Oui je pense qu’on a raté pas mal d’épisodes des deux côtés 😊
    Mais quelque part la boucle est bouclée : tu faisais déjà partie de mes premières lectrices sur l’ancien blog il y a…. (on va garder ça pour nous, hein 😁).
    Cette fois j’ai fait l’inverse : j’ai commencé à travailler plus d’un an avant de sortir enfin le blog.
    Bienvenue en tout cas ! 😘

      Avatar

      Sealeha · 2 janvier 2020 à 21 h 50 min

      Merci ! Ravie d’être aussi une de tes premières lectrices ici ^^

Avatar

Fabienne · 30 décembre 2019 à 1 h 02 min

Aaaaaah si certains pouvaient te lire….. 😉

Avatar

Namour18 · 30 décembre 2019 à 6 h 45 min

Bon ben malgré la leçon je m’ ai trompé au quiz… Trop nul !!!pas pres que ça rentre stafer!😜😜

    Pascale

    Pascale · 30 décembre 2019 à 10 h 58 min

    Oh ne t’inquiète pas, j’en connais deux-trois qui se sont trompés aussi mais qui n’osent pas le dire 😉

Avatar

Batocchi · 31 décembre 2019 à 6 h 24 min

Ouf j ai répondu juste 😉

Non, ce ne sont pas des soldes exceptionnelles ! - Pascale DUC - Rédactrice Web · 7 janvier 2020 à 11 h 39 min

[…] avez tout compris ? Comme cela a eu l’air de vous plaire lors du dernier article, je vous propose de tester ce que vous venez d’apprendre (ou réviser !) avec un petit […]

Je ne suis pas une grammar nazi - Un chat un chat - Pascale DUC - Rédactrice Web · 7 janvier 2020 à 11 h 59 min

[…] « je ne suis pas prête d’y arriver » ; […]

Laisser un commentaire