Non, ce ne sont pas des soldes exceptionnelles !

Durée de lecture : 3 minutes

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

C’est reparti et c’est pour demain. Deux fois par an, nous sommes submergés par les promesses de « soldes incroyables », « soldes extraordinaires » ou « soldes immanquables », mais surtout — hélas encore trop souvent — de « soldes exceptionnelles », « soldes folles » ou « soldes monstrueuses ». Pourquoi « hélas » ? Parce que le mot « soldes », dans le sens d’« excédent ou reliquat de marchandises, vendues au rabais car souvent démodées ou défraîchies. », défini par le CNRTL ou le Larousse, est masculin. Les adjectifs qui s’y rapportent doivent s’accorder en genre et en nombre (soldes exceptionnels, soldes fous, soldes monstrueux…). Dire — et écrire — « soldes exceptionnelles », dans ce contexte, est une faute de français, une faute d’accord plus précisément. Et il serait temps que les entreprises de commerce électronique l’acceptent, ou qu’elles fassent appel à un rédacteur Web [autopromo OK] qui ne commettra pas cette faute, car il en va de leur image et donc de leur réputation…

D’où vient cette erreur ? Probablement du fait que le mot « solde » au féminin existe, mais qu’il signifie tout autre chose. Ne bougez pas, je vous explique !

L’étymologie des soldes

L’origine du terme remonte à la langue latine : solidare signifie rendre plus dur, plus ferme… plus « solide ». Un solidus était une pièce d’or. En effet, la création de la monnaie (« sou » vient de l’ancien français « sol ») apporte à l’économie plus de stabilité et de fiabilité, en un mot plus de solidité. De nombreuses expressions ont cette étymologie presque boursière. C’est le cas, par exemple, des « soldats », qui sont payés par l’État et qui, espérons-le, ne peuvent pas être « soudoyés »…

Les soldes au masculin : remises exceptionnelles, entre autres

Dans son Dictionnaire de la langue verte : argots parisiens comparés, Alfred Delvau définit en 1886 le mot « solde », au masculin :

SOLDE, s.m. Restant d’étoffe ; coupon, — dans l’argot des marchands.

C’est Simon Mannoury, fondateur en 1830 du magasin « Le petit Saint Thomas », devenu « Le Bon Marché » en 1852, qui a organisé le premier de grandes opérations de déstockage exceptionnel des produits invendus. Le concept des soldes était né. En 1872, le Littré définit le solde comme une « marchandise vendue au rabais ». Depuis le début du XXe siècle et la règlementation des soldes en 1906, le terme (toujours masculin) est employé au pluriel pour les rabais effectués chaque saison dans le commerce, sur les articles invendus.

Le mot « solde », au masculin, vient de l’italien saldo, qui signifie « arrêter un compte ». Il est utilisé également pour désigner la somme d’argent disponible sur un compte en banque, une fois toutes les opérations exécutées.

Pour profiter des meilleurs soldes, mieux vaut avoir un solde positif !

Mais alors, la solde au féminin, c’est quoi ?

Vous l’avez compris, les deux mots, au féminin et au masculin, sont étymologiquement étroitement liés. Le solidus (pièce d’or) du bas latin a donné naissance à l’italien soldo, le traitement du militaire. Au XVe siècle, ce traitement était appelé « la soulde ». Le terme est devenu « la solde » (toujours au féminin). La solde, c’est le salaire du soldat et, parfois même la paye tout court, comme dans la locution « congés sans solde », eh oui ! Et, dans ce sens uniquement, certains militaires peuvent percevoir… des soldes exceptionnelles !

Au féminin, le mot est utilisé également dans l’expression « être à la solde de quelqu’un », dont le sens n’est pas si éloigné : être acheté par quelqu’un pour servir ses intérêts.

Finalement, solde est féminin ou masculin ?

Vous êtes perdu ? Voici un récapitulatif simple :

  • Solde au masculin: remise, rabais, reste (à payer, à percevoir ou sur un compte bancaire)
  • Solde au féminin: fait de payer ou paye (du militaire)

Lorsque l’on dit « je vais faire les soldes », ou, oralement seulement, « ces soldes sont exceptionnels », pas moyen de détecter l’éventuelle faute. Ce n’est qu’à l’écrit ou avec certains adjectifs que l’erreur est bien visible ou audible.

Car n’oublions pas que l’adjectif s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il qualifie. Ce blog est dédié aux pièges et subtilités de la langue française, dont ne font pas partie, à mon avis, les règles d’accord des adjectifs (quoi que… à suivre !), mais si vous avez besoin d’un rappel, vous le trouverez sur ce site entièrement consacré aux adjectifs ! (Et vous pensiez que j’étais une obsédée ?)

Vous avez tout compris ? Comme cela a eu l’air de vous plaire lors du dernier article, je vous propose de tester ce que vous venez d’apprendre (ou réviser !) avec un petit quiz !

Ce magasin propose tous les ans des soldes géniales !

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Dans le sens de "rabais", "solde" est masculin ; "génial" ne prend donc pas la marque du féminin, mais uniquement la marque du pluriel. On doit écrire "des soldes géniaux".

Le Caporal Dugenou a reçu sa solde, il va pouvoir aller faire les soldes !

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Pour signifier "la paye du militaire", "solde" est féminin.

Pour partir faire le tour du monde, il va prendre une année de congés sans aucune solde !

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Lorsqu'il désigne la paye, le traitement ou l'appointement, le mot "solde" est féminin.

Si ma solde est négative, je ne pourrai pas faire les soldes…

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Lorsqu'il désigne ce qui reste sur un compte bancaire, "solde" est masculin ; "mon" et "négatif" ne doivent pas prendre la marque du féminin. On doit écrire "si mon solde est négatif".

Vous allez faire les soldes demain ? Je vous souhaite qu’ils soient exceptionnels !

Bonne réponse ! Mauvaise réponse !

Lorsqu'il signifie "rabais", "solde" est masculin. (Ne dépensez pas trop quand même ! 😉 )

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

0 commentaire

Laisser un commentaire